Page 5 sur 6

Re: performances constatées d'un ULM équipé UL POWER

MessagePosté: 08 Jan 2013, 21:51
par Daniel C
Styx a écrit: lorsque le motoriste le livre, il contôle et atteste sa conformité vis à vis de la puissance par un relevé au banc.

styx


C'est ce que les clients sont en droit d'attendre.......ce n'est pas toujours le cas.

Il y sur ce forum une personne qui a reçu un moteur qui ne pouvait pas fonctionner et n'a donc pas été testé. Il se manifeste assez souvent pour qu'il ne soit pas nécessaire de le nommer.
Je peux citer un ami ayant intallé un moteur d'un autre motoriste, dont l'allumage était calé de manière qui rendait le démarrage impossible et qu'il a fallu redéposer.

Ce n'est pas une preuve que tous les moteurs ne sont pas testés, mais c'est la preuve que ces deux là au moins sont passés au travers.

Re: performances constatées d'un ULM équipé UL POWER

MessagePosté: 08 Jan 2013, 23:00
par serge5694
les moteurs non certifiés n'ont pas l'obligation d'être testés, ils n'ont même pas l'obligation de fonctionner, c'est marqué noir sur blanc par certains constructeurs qu'ils peuvent s’arrêter à tout moment.

Re: performances constatées d'un ULM équipé UL POWER

MessagePosté: 09 Jan 2013, 07:56
par Daniel C
Exact et sans honte à largement + de 10 000 Euros.
Il fut mëme un temps où une mention précisait que l'utilisation de ce moteur se faisait aux risques et périls de l'utilisateur.......:shock:

Un bête moteur "agricole" est testé avant expédition, probablement pas à pleine charge il ne faut pas rêver. On en voit la trace dans les conduits d'échappement.

Re: performances constatées d'un ULM équipé UL POWER

MessagePosté: 09 Jan 2013, 15:34
par kawa1135
Le "silence" de MYR, m'intrigue!!

Re: Performances constatées d'un ULM équipé UL POWER

MessagePosté: 29 Oct 2013, 12:08
par JEAN 7
Le moteur est une chose , le GMP ( moteur + hélice ) en est une autre , et c'est le produit fini de l' ensemble qu'il est important de savoir " vérifier ".
Une seule méthode : le point fixe avec dynamomètre.
Et quelques calculs.
Je développe rapidos : le GMP transmet une énergie cinétique à une masse d' air. En échange , ( Merci Newton ) celle-ci nous donne une " force de réaction" à cette masse d' air accélérée. C'est notre Traction T . Tout ce qui vole sur Terre ,le fait par cet échange de services que Newton à quantifié.

La vitesse de la masse d' air est un champ de vitesses , à symétrie à peu près radiale donc : , v(r) , r étant la distance à l' axe hélice. On appellera Ve la moyenne de toutes ces vitesses que l' hélice à communiqué à cette masse d' air éjectée.

Newton N° 1 => Force = variation quantité de mouvement / seconde ,soit : T = m x Ve ,
Ve est la vitesse acquise en traversant le GMP .
m est cette masse / seconde donc :
m= µ xS x Ve
[ µ= masse volumik Air soit µ= 1,293 x 273/( 273 + t°C) en g/lt ou Kg/m-cube ,< t > est la tempé ],
[S = surface de la veine de flux : ici surface balayée par hélice , ou surface tuyère du réacteur ou du Fan ]
[ Et Ve : vit moyenne air en sortie du GTR ]

Donc final : la traction au point fixe ( Vp=0) est T = µ S Ve²
Et l' énergie fournie à cette masse d' air ( en échange de sa traction de réaction )
W= T x Ve soit W = µ S Ve^3 ( Ve au cube)
En éliminant Ve ,qu'on ne sait pas mesurer directement ) entre T et W , on obtient ces deux formules :
T = (µ S )^(1/3) W^(2/3)

et la puissance fournie à l' air pour obtenir cette traction mesurée T , est : W = ( 1/µ S ) ^(1/2) T^(3/2)

On peut alors calculer aussi Ve : Ve = (T / µ S) ^(1/2)
Ve = ( W/µ S )^(1/3)
[ ...)^(1/3) : racine troisième ]

La seule chose qu'on peut mesurer précisément ( un dynamomètre entre béquille de queue et un point fixe solide ) c'est T , la traction.
ET à partir de cette mesure , vous pourrez calculer tout un tas de trucs très utiles pour savoir ce que vous donne votre GMP par rapport aux ben bieaux chiffres des prospectus .
La puissance W est inférieure à la puissance moteur du fait du rendement Hélice que vous pouvez alors calculer .
Ve est la vitesse de vol ( si Vp=Ve ) à laquelle votre GMP ne donne plus rien à la masse d' air , donc , ne tire plus : on l' appelle " vitesse de transparence .
Le meilleur rendement du GMP s'obtient à Vp = Ve/2 . (La courbe W = f(Vp) est une parabole à l' envers qui coupe l' axe des Vp en Vp=0 et Vp=Ve)
Et en jouant avec S , donc le diamètre de votre hélice, vous pouvez découvrir un moyen de choix : plus le diam >> , plus rendement est grand, mais plus la plage de vitesse où ce rendement est grand est réduite. A l' inverse, hélice petite, rendement inférieur mais plus la plage de vitesse où le rendement reste acceptable est large .
E T C ...
Pour finir : ces perfos ( Traction T° ) correspondent au point fixe : Vitesse propre Vp = 0 .
Pour la traction : avec la Vp non nulle , elle diminue très vite : T = T°( 1 - Vp/Ve) donc elle s'annule à Vp=Ve .

C'est de la théorie ,mais ça marche . Une seule mesure vous permet de savoir combien de chevaux réels vous tirent , de calculer votre vitesse de meilleur rendement du GMP ,!
(attention le rendement de l' ensemble GMP:Avion est tout autre chose; ce rendement final de propulsion est donné par r = 2/(1 + Ve/Vp), Vp étant toujours + petit que Ve : donc une grande quantité d' air , peu accélérée est le + économique)

Re: Performances constatées d'un ULM équipé UL POWER

MessagePosté: 29 Oct 2013, 14:04
par Clouds
Merci pour la demonstration,

Je ne comprend pas que le pas de l'hélice n'apparaisse pas dans ces formules, en particulier si on fait des mesures de traction au sol
J'ai dû rater un truc

Au plaisir

Re: Performances constatées d'un ULM équipé UL POWER

MessagePosté: 31 Oct 2013, 07:42
par Clouds
A savoir que je peux regler le pas de l'helice pour un rpm max et une traction au point fixe tres elevee mais avec unne vitesse de croisiere en sur regime ou bien faire l'inverse et optimiser le pas pour etre au pas qui correspond a 90% du max rpm en croisiere auquel cas la traction du point fixe sera plus faible
pour autant je n'aurais pas deveoloppe la puissance max
Perplexe....

Re: Performances constatées d'un ULM équipé UL POWER

MessagePosté: 01 Nov 2013, 19:21
par trincal
Il est normalement impossible de développer la puissance max au point fixe avec une hélice calée pour atteindre le régime de puissance max à la Vmax.
Logiquement, on doit atteindre de 80 à 90% de la Pmax au sol, puisque la Pmax est obtenu à régime maxi.
Seule solution, tester la Pmax avec un banc de puissance permettant d'atteindre le régime correspondant.

Je dis ça, je dis rien ;)

Re: Performances constatées d'un ULM équipé UL POWER

MessagePosté: 01 Nov 2013, 19:40
par yellow_submarin
Clouds a écrit:Merci pour la demonstration,

Je ne comprend pas que le pas de l'hélice n'apparaisse pas dans ces formules, en particulier si on fait des mesures de traction au sol
J'ai dû rater un truc

Au plaisir


Ca, c'est parce que c'est uniquement la théorie cinétique appliquée au flux d'air brassé par l'hélice. Le pas ainsi que les autres caractéristiques aérodynamiques de l'hélice interviennent pour calculer la vitesse Ve ;)

Re: Performances constatées d'un ULM équipé UL POWER

MessagePosté: 01 Nov 2013, 19:44
par Clouds
Merci pour l'allusion mais mon propos était de commenter la procédure mathématique plus haut à savoir que la traction au sol ne prenait pas en compte le pas, voire le diamètre de l'hélice, ce qui me laisse perplexe.
En outre une puissance au banc n'aide pas à peaufiner une hélice à une cellule

Re: Performances constatées d'un ULM équipé UL POWER

MessagePosté: 02 Nov 2013, 10:29
par Yankeeromeo
Bien sûr ! Parce que le test de puissance au banc permet de mesurer la performance du moteur seul.
Dans ce sens, la remarque, que cette performance n'est pas la même que celle du GMP entier, est évidemment juste.
Mais le test de traction au sol, lui aussi, n'est qu'une simplification. Simplification utile, car c'est le test le plus facile à faire, mais insuffisante, comme dit trincal.

Pour optimiser le GMP il faut, comme l'a remarqué Clouds, faire les tests en vol.
C'est beaucoup plus difficile, parce que la mesure elle-même est plus difficile. Et il faut aussi inclure l'influence de l'atmosphère (pression et température) pour pouvoir comparer les mesures. Seules peuvent être comparées les mesures faites dans les mêmes conditions atmosphériques, ou ramenées à l'atmosphère standard .

Re: Performances constatées d'un ULM équipé UL POWER

MessagePosté: 02 Nov 2013, 10:49
par Daniel C
trincal a écrit:Il est normalement impossible de développer la puissance max au point fixe avec une hélice calée pour atteindre le régime de puissance max à la Vmax.
Logiquement, on doit atteindre de 80 à 90% de la Pmax au sol, puisque la Pmax est obtenu à régime maxi.
Seule solution, tester la Pmax avec un banc de puissance permettant d'atteindre le régime correspondant.

Je dis ça, je dis rien ;)


OOOPS la puissance transmise à une hélice est fonction du cube de la vitesse de rotation (et non l'énergie comme dans le post qui précède car P=FxV).

90% du régime max au sol ce n'est que 73% de la puissance quant à 80% c'est que 51% de la puissance. :cry: :cry: :cry:

Re: Performances constatées d'un ULM équipé UL POWER

MessagePosté: 02 Nov 2013, 11:35
par Clouds
Yankeeromeo a écrit:Bien sûr ! Parce que le test de puissance au banc permet de mesurer la performance du moteur seul.
Dans ce sens, la remarque, que cette performance n'est pas la même que celle du GMP entier, est évidemment juste.
Mais le test de traction au sol, lui aussi, n'est qu'une simplification. Simplification utile, car c'est le test le plus facile à faire, mais insuffisante, comme dit trincal.

Pour optimiser le GMP il faut, comme l'a remarqué Clouds, faire les tests en vol.
C'est beaucoup plus difficile, parce que la mesure elle-même est plus difficile. Et il faut aussi inclure l'influence de l'atmosphère (pression et température) pour pouvoir comparer les mesures. Seules peuvent être comparées les mesures faites dans les mêmes conditions atmosphériques, ou ramenées à l'atmosphère standard .


Un autre cas d'une mesure de puissance floue et hors cellule:
La mesure du barreau; le coefficient expérimental à appliquer est exprimé à la troisième décimale alors que les cotes des barreaux n'ont pas de tolérances et les conditions de température d'humidité et de pression atmosphérique ne sont pas spécifiées, (une exception dans le monde de la physique), l'auteur a quand même fait remarquer que la précision de mesure du régime moteur avait une importance, 150 rpm d'erreur = 10% d'erreur de puissance. le tout sans mesure de la pression d'admission.
Le fait d’être hors cellule en régime de vol masque les aspects d'alimentation en air, débit et pression dynamique, et autres vacheries pulsatoires, les température de fonctionnement du gmp, plus les masques aérodynamiques divers
j'en oublie bien sûr

En gros pour faire des essais corrects il faudrait embarquer une centrale de mesure et faire beaucoup de vols test
Passionnant non?

Re: Performances constatées d'un ULM équipé UL POWER

MessagePosté: 03 Nov 2013, 11:05
par Yankeeromeo
Tout à fait !
La conclusion : pour avoir des résultats de mesures pertinents, il faut beaucoup de rigueur.
Il est vrai, que c'est une lapalissade, mais parfois il est indispensable de rappeler certains truismes. 8-)

Re: Performances constatées d'un ULM équipé UL POWER

MessagePosté: 03 Nov 2013, 14:50
par trincal
OOOPS la puissance transmise à une hélice est fonction du cube de la vitesse de rotation (et non l'énergie comme dans le post qui précède car P=FxV).

90% du régime max au sol ce n'est que 73% de la puissance quant à 80% c'est que 51% de la puissance. :cry: :cry: :cry:


Je ne parlai pas de régime mais de puissance au point fixe!!!

Pour exemple, nous calons le pas pour obtenir 6300 à 6400 rpm au sol avec une hélice lambda, on a alors 6800-6900 rpm pleine charge à la Vmax (<10% de variation de régime). Ce décalage fluctue évidemment en fonction des hélices et des machines et de leurs performances.

Moi je dis, un bon passage au banc, et vous aurez votre réponse sur la puissance délivrée, pas besoin de faire des théorie pendant 100 ans ;)

Allez je sors